Les moustiques communs sont de retour … et le moustique tigre aussi !

Prévention

Le moustique commun ou encore appelé « autochtone » fait partie de notre environnement.  Nous avons appris à vivre en sa compagnie parce que nous évoluons dans un secteur d’eau : le Bassin d’Arcachon et ses 1500 ha de zones humides. Mais on ne va pas se mentir. La difficulté ne porte pas sur le moustique commun. Nous nous sommes habitués à « vivre avec ». Mais un intrus s’invite chez vous … le moustique tigre !!

Le Siba compétent pour la lutte contre le moustique

L’établissement Interdépartemental pour la Démoustication du littoral Atlantique (EID) étant dissous depuis le 31 décembre, le SIBA est désormais compétent pour lutter contre la prolifération des moustiques. Le SIBA reprend donc à son compte la surveillance, et le traitement si nécessaire des gîtes larvaires, pour lutter contre la prolifération du moustique commun.

Ces opérations préventives de destruction des gîtes de larves sont en cours. En aucun cas, le SIBA ne peut ou ne pourra traiter les moustiques adultes, l’utilisation de produits adulticides étant engagée uniquement par l’ARS dans le cadre d’une lutte sanitaire révélée. En cas de problème sanitaire (chikungunia, dengue…etc.) grave, seule l’ARS pourra décider de mettre en place un traitement curatif.  Dans tous les cas, il sera exceptionnel et très localisé.

Le moustique tigre s’invite déjà chez nous !

Depuis l’année dernière, le moustique tigre est « implanté » sur la plupart des communes du Bassin. Sa particularité : c’est un moustique « urbain » : il est petit et se voit à peine mais il est présent toute la journée et est capable de pondre dans un « dé » à coudre !  Et il se moque de la qualité de l’eau, limpide ou boueuse ! claire ou opaque ! donc en d’autres termes il n’existe pas de traitement des gites larvaires …  car il est partout !

Moustiques, communs ou tigres : tous mobilisés !

Nous devons tous nous mobiliser pour lutter contre la prolifération des moustiques, en particulier du moustique tigre. Les autorités publiques ne peuvent, en effet, lutter seules. Chacun, en modifiant son comportement et en adoptant des gestes simples, doit participer à la lutte contre la prolifération des moustiques.

En particulier, il est très important de supprimer les eaux stagnantes qui permettent la reproduction du moustique, à l’intérieur et surtout autour de son domicile. Pour cela, supprimer les soucoupes des pots de fleurs ou les remplir de sable, renouveler l’eau des vases plusieurs fois par semaine, vérifier le bon écoulement des gouttières, mettre à l’abri de la pluie ou supprimer tout objet pouvant se remplir d’eau, etc. Ces gestes sont indispensables pour limiter la prolifération des moustiques.

Il ne peut pas pondre sans eau, c’est la bonne nouvelle !  Et il n’aime pas voler loin.  Celui qui est chez vous est forcément né dans votre quartier, à moins de 150 m.

Les moustiques communs sont de retour … et le moustique tigre aussi ! -  Actualités

Il nous faut assécher tous les endroits où l’eau peut stagner ! On a besoin de tout le monde. Quartier par quartier. Semaine après semaine. Il n’y aura jamais de fin.

Mais il n’y aura pas de traitements curatifs pour tuer les moustiques communs, juste des traitements des gîtes larvaires.

Pour le moustique tigre, vous l’aurez compris aucun traitement même préventif n’est possible… Puisqu’il est partout !

Aidez-nous à gagner ! Ne lâchons rien ! vérifions sur nos terrasses, nos jardins qu’aucune eau ne stagne dans notre environnement proche, et ce au minimum 2 fois par semaine !

Pensez également à vous équiper, dans la mesure du possible, de moustiquaires…

Information

Vous avez une question relative aux moustiques?
L’organisme en charge de la démoustication l’EID Atlantique étant dissous depuis le 31 décembre 2019, le Service d’hygiène et de santé du SIBA est à votre écoute au 05 57 76 08 77.